Le Dragon et le Mont Brûlesang de Gauthier Wendling – 404 éditions

Paru en début d’année 2020, Le Dragon et le Mont Brûlesang constitue le 2e album illustré à jouer de 404 éditions, reprenant le flambeau des Vivez l’Aventure de l’éditeur Gründ en y apportant leur vision propre du jeu axée sur des énigmes autant textuelles que visuelles de difficulté graduée. Tout en étant destiné à des enfants (les personnages à diriger sont les frère et sœur Loïc et Léna), il peut plaire à un large public de 7 à 77 ans.

Sur les 46 pages d’aventure, des dessins parlants occupent une ou deux pages entières avec des encadrés de textes qui décrivent notre histoire à jouer ainsi que des choix de pages équivalents aux paragraphes des livres-jeux. À signaler que la première de couverture nous induit (volontairement) en erreur quant au réel combat des enfants à mener contre un dragon qui détient captif notre grand-père, puisqu’on y voit Léna cribler de flèches l’être reptilien alors que tout face-à-face armé sera exclu de l’album. Le dragon, créature avatar de Gauthier Wendling qui nous a catapulté dans les pages de son livre, interdit pour les enfants normalement à la lecture, conservé par notre papy avec bien d’autres dans sa grande bibliothèque, est un tel passionné d’énigmes (!) qu’il met au défi plusieurs fois Loïc et Léna d’en résoudre, un piquant duel où le raisonnement sera notre meilleure arme pour impressionner cet ennemi moqueur et qui peut se montrer implacable à un moment. Preuve en plus des pouvoirs du dragon, la voix de ce dernier suit en quelque sorte les frère et sœur dans différents endroits de la carte, dépeignant un territoire merveilleux que nous avons à leur faire parcourir pour déterminer la cachette de l’être légendaire ainsi que les moyens de nous y rendre.

Si l’énigme à choix multiples posée dans le Temple de la Sainte Larme, à la simplicité pour le coup enfantine, ne donne pas de « game over » malgré le malicieux jeu de lettres sur un synonyme d’épée auquel le dragon recourt, s’en souvenir dans les pages finales 16 & 17 sera utile, tandis que pour sauver notre grand-père une dernière énigme plus retorse est posée avec une fin immédiate à la clé si une mauvaise combinaison de lettres est faite. Et oui ! Notre adversaire, dont le livre interdit est une fenêtre sur notre monde, doit adorer le jeu télévisé Motus. Et il n’y a pas que cet occupant du livre qui marque le lecteur : un curieux nain esclavagiste coiffé d’un chapeau de champignon, un chevalier vantard, un marchand ambulant qu’on dirait tout droit sorti d’un conte des mille et une nuits… Gauthier Wendling qui s’est nourri de figures classiques de la fantasy a su leur apporter ici une touche toute personnelle.

La seconde partie de l’histoire, qui nous amène à pénétrer dans le repaire du saurien, m’a rappelé, avec tous les squelettes d’aventuriers qui s’y trouvent, l’ancien Vivez l’Aventure L’île aux 100 Squelettes et un livre-jeu moins connu des 80’s Le Prince des Voleurs paru au Livre de Poche, qui offrait d’incarner Sindbad le Magnifique entre autres dans l’île aux crânes de l’archipel des quatre vents. Je crois aussi que l’éclat scintillant d’une lame à la page 14 fait écho à celui du Glaive de Sommer dans la longue campagne des Loup Solitaire éditée par Gallimard. Et il y en a d’autres pour tout œil expert. L’auteur dans tout ce faisceau de références se signale comme un bon défenseur du livre sous toutes ses formes, interactives ou non.

N’omettons pas qu’une page de solutions est disponible page 47, à l’envers pour ne pas être lue par inadvertance, un plus qu’on observe dans nombre de nouvelles publications interactives.

En conclusion, nous sommes aussi bien « aspirés » que Loïc, Léna, leur papy, dans les péripéties de cette BD-Jeu, avec pour certains dessins une jolie force visuelle. Gauthier Wendling, à l' »imajnere » fort^^, s’est attaché à éviter un monde balisé de fantasy pour en créer un à sa sauce, où les charades et devinettes font partie du décor 🙂 . À souligner que L’Atlantide aux 100 pièges du même auteur est sorti début d’année 2021, le roman L’Atlantide de Pierre Benoît apprécié par Gauthier lui ayant certainement servi de moteur pour cet autre Vivez l’Aventure partant d’un cadre contemporain pour nous plonger dans un cadre fantastique.

 

Sébastien Juguet

Laisser un commentaire