L’association

Qui sommes-nous ?
Au commencement, (on va dire en l’an 2007 pour fixer les idées) il y avait Phénomène J, le bouquiniste incontournable de la région Ouest (et plus si affinités), où se retrouvaient de façon informelle les passionnés de littérature populaire.
En juin 2009, ce petit monde se mit à chroniquer à tour de bras dans le fanzine « La tête en l’ère », créé pour donner libre cours à leurs passions.
Puis, de grands projets émergeants de ces cerveaux féconds, vint la création de l’association imaJn’ère, le 30 octobre 2010.

Le but de cette association est de promouvoir la littérature dite populaire par tous les moyens à sa disposition : fanzines gratuits, livres, émissions de radio, chroniques internet, conférences, expositions. Le but est de créer le lien entre les personnes, de sortir le « mauvais genre » de son ghetto, de créer des ponts vers toute la littérature, d’ouvrir de nouveaux horizons. De manière générale, nous appellerons littérature populaire, tous les genres qui ne rentrent pas dans le cadre de la littérature « traditionnelle » : science-fiction, fantastique, fantasy, polar, espionnage, aventure, western, sentimental, sans oublier la BD, le comics américain et le manga. Nos liens avec le cinéma sont bien évidemment très forts.

Aujourd’hui le groupe imaJn’ère gère la création et l’hébergement du fanzine « La tête en l’ère » dédié à la science-fiction, au fantastique et à la fantasy. Ce fanzine de est tiré à 500 exemplaires et est distribué gratuitement à la boutique Phénomène J et à la bibliothèque municipale de Chalonnes, le numéro courant et les anciens numéros sont téléchargeables sur le site Phénomène J. imaJn’ère héberge aussi « La tête en noir » le plus vieux fanzine français du roman policier, distribué chez Contact, Phénomène J et la bibliothèque municipale d’Angers. Enfin, le petit dernier « La tête en rêve », se penche sur les nouvelles littératures pour la jeunesse. Les trois fanzines sont gratuits.

imaJn’ère propose tous les ans depuis 2011 sa convention des littératures populaires et de l’imaginaire, organisée à Angers, et depuis 2012 une émission sur radio G (101.5) à écouter pour cette quatrième saison (2015/2016) les mardi des semaines paires de 21 h à 22 h.

Notre volonté est de dépoussiérer l’image du livre. Lecture ne s’oppose pas à moderne. La force de la littérature populaire réside dans cette qualification : elle est source de loisir et distraction. Période moderne aidant, le « mauvais genre » gagne des lettres de noblesse. Le roman policier s’avère le reflet sociopolitique de l’époque à laquelle il a été écrit, la science-fiction prospecte le futur en posant le doigt sur des problèmes auxquels nos éminents politiques n’ont même pas osé penser… La littérature populaire permet avant tout de LIRE. Elle exploite des contrées oubliées de l’inconscient collectif, fait vivre des aventures humaines, rencontrer des êtres exceptionnels, scénarise des histoires complexes et construites avec intelligence. Elle développe l’imagination, notre pouvoir de construire intellectuellement des processus de réflexion introspective et extériorise notre érudition.

Vecteur d’intelligence ? Surement à sa façon. Le lecteur est un être actif (comparaison faite par rapport au téléspectateur) curieux et a soif de connaissances. Mais la jungle de la littérature est jonchée d’embuches dont le premier est celui du choix…

Il existe une voie alternative indépendante, la voie du partage de l’expérience culturelle. Pour exister, elle doit être l’objet créé par des personnalités variées aux goûts éclectiques, son expression doit être libre de toute entrave. C’est cette voie qu’imaJn’ère explore avec la volonté de diffuser notre envie et notre plaisir. À notre plus agréable étonnement, nous rencontrons un écho très positif à cette envie.