Aeternia T2 – gabriel Katz – éditions scrineo

Souvenez-vous, Leth Market est mort. Assassiné par les sbires du prophète. Prophète qu’il était censé défendre contre d’horribles persécuteurs. Persécuteurs payés par les mêmes gens qui se faisaient attaqués. A ce niveau, je sens qu’il y en a déjà qui lâchent l’affaire…

Bon je vous résume ça avec un exemple concret qui, je suis sûr, vous parlera mieux : Imaginez que vous défendiez une cause politique ou idéologique basée sur l’insécurité. Jusque-là tout va bien, sauf qu’en fait vous n’êtes pas tant en insécurité que ça parce qu’au final, même si vous agitez des spectres et autre récits de terreur, bah on vous laisse
tranquille et on vous croit à demi-mot. Alors que faire pour qu’on vous croie ? Ou tout du moins qu’on vous écoute ? et bien il faut provoquer cette insécurité. Donc vous allez voir vos amis et vous leur promettez beaucoup de chose en échange du fait qu’ils aillent bruler des voitures pour que les gens ne soient pas en sécurité. Et bah dans le livre c’est la même. Et quand notre héros, ce parangon de vertu et de bonté, tout en étant pétrie de sainte vengeance, découvre le pot aux roses, bah il ne reste plus qu’à le réduire au silence.

Le premier tome se terminer sur la mort du héros, le deuxième s’ouvre avec la mise en place d’un personnage secondaire promue principale. Souvenez-vous le danseur, ce guerrier au talent impitoyable et au caractère désinvolte, et bien, c’est lui notre personnage principal. Ce personnage prend énormément d’étoffe tout au long de
l’ouvrage et la personnalité que l’on pouvait prendre pour volage, superficiel et libidineux se retrouve à n’être que la carapace d’un cynique et pragmatique en puissance. Sa quête de vérité se passe en parallèle avec la monté hiérarchique de Varian, le moinillon qui devient prêtre à la force de sa volonté et de machination. En somme, tout le
livre se base sur deux question : comment et quand découvrira t’il ces horribles secrets ? Et lorsque cela sera chose faite, il y aura assez de viande saignante pour tous les estomacs. Miam

FENRIR

Laisser un commentaire