LE NOIR EST MA COULEUR – Olivier Gay – Edition Rageot

Si je vous dis « magie » vous me répondrez sûrement baguette magique, balai volant, sortilèges et autres formules. Et bien dans ce roman il n’en est nullement question, rangez les baguettes, garez les balais, parce qu’il n’y a que des Couleurs ici !

Dans Le Noir est ma Couleur, Olivier Gay nous fait suivre l’histoire de deux adolescents, Manon et Alexandre. Alexandre c’est le rebelle, le mauvais garçon, il est connu dans son collège pour être un boxeur, un séducteur et un joueur de poker, activité qu’il pratique avec ses amis régulièrement. De l’autre côté, Manon est la première de la classe, jeune adolescente de 15 ans très discrète et réservée qui n’aime pas que l’on copie sur elle. Ils sont donc les parfaits opposés et le destin (enfin l’auteur) va réunir ces deux personnages aux caractères bien différents et les entraîner dans une histoire qui dépassera ce à quoi des adolescents normaux peuvent s’attendre.

Tout va commencer à cause d’un pari que va faire Alexandre, il annonce fièrement à ses amis que ce sera lui qui décoincera Manon! Mais ses tentatives de séduction ne vont pas fonctionner comme il le pensait. Un jour où il décide de suivre Manon en rentrant de l’école pour la surprendre et lui faire le coup de la « rencontre fortuite » il va découvrir que Manon se fait agresser par un homme étrange.

Cet homme, est en réalité une Ombre, une dangereuse créature que peuvent invoquer les mages Noir pour les servir. Manon va alors puiser dans les Couleurs pour vaincre cet Ombre et cela grâce à l’aide d’Alexandre, qui réalise alors que Manon n’est pas la fille ennuyante qu’il pensait et qu’elle est beaucoup plus dangereuse qu’elle n’y paraît.

Manon est la fille d’un des plus puissants mages de Paris. Dans sa famille tout le monde maîtrise le pouvoir des Couleurs. Cette magie se base sur les Couleurs, mais pas celles que nous connaissons. Quand on regarde une source de lumière pendant un certain temps et que l’on ferme les yeux des images restent, c’est ce que l’on appelle la persistance rétinienne. Ainsi, les mages se concentrent alors sur la Couleur du Spectre qu’ils désirent utiliser. Chaque Couleur à une utilité, par exemple l’Orange est lié au feu, le Bleu à l’air, le Jaune à la terre.

Dès ce jour, le destin de Manon et Alexandre est à jamais lié et ils vont devoir faire face à un redoutable mage noir qui sévit dans Paris.

Le Pari est le premier tome d’une série de roman qui pourrait comporter sept volumes. Même si l’histoire semble au premier abord assez simple et sans grande originalité : une histoire d’amour entre adolescents sur fond de magie. Et bien si c’est ce que vous vous dites, vous faites fausse route ! L’histoire se découpe en chapitres alternant entre Manon et Alexandre, ce découpage donne une impression de récit continu et donne une profondeur aux deux histoires et ne vient jamais casser le rythme du roman, bien au contraire. On se surprend à commencer sa lecture et à ne plus pouvoir s’arrêter, on dévore le livre au rythme de ce récit croisé qui nous présente des personnages attachants et humains dont on voudra connaître le sort.

J’ai lu que l’auteur comptais faire une série de sept tomes sur Le Noir est ma Couleur. Et c’est une excellente nouvelle. Car juste après avoir lu ce premier tome, je n’avais qu’une envie, lire la suite !

THEO VIARD

Laisser un commentaire