THINKING ETERNITY – Raphaël Granier de Cassagnac – Edition Mnémos

Attention, au menu : petit bouillon de l’hiver préparé rien que pour vous à base de :
– d’un thriller pimenté à souhait
– d’une enquête journalistique bien ficelée
– et d’une anticipation visionnaire
satisfaisant vos envies Mélange tonique assuré, papilles littéraires comblées !

Les Eckard sont apparemment une famille de bonnes têtes bien pensantes n’ayant pas à se plaindre d’un déficit d’intelligence. Certes ils ne sont peut-être pas très chanceux dans la vie mais ils vous prouveront qu’on ne se débarrasse pas d’eux comme ça. Effectivement Adrian est victime d’un attentat où il en perd ses yeux biologiques qu’il troque alors contre des yeux cybernétiques. En tant que « cobaye désigné volontaire » pour cette première expérimentation il devient rapidement l’origine d’un grand mouvement de pensée : le « thinking ». Mais ce mouvement fini par prendre un tantinet trop d’ampleur pour lui et il prend ses distances d’une manière bien à lui, préférant rester humble que chef adulé.

En parallèle, Diane sa sœur neuroinformaticienne de génie (rien que ça) soutient sa thèse sur une intelligence artificielle Artémis, qu’elle a elle-même conçue (rien que ça encore). Brillante, elle est vite repérée et se fait embaucher par une mystérieuse société « Eternity Incorporated » pour développer un tout nouveau type de conscience … artificielle. A partir des attentats, un documentaire est monté et c’est à travers lui que défilent sur ces pages deux chemins différents empruntés par les deux élites de la famille Eckard.

Et là, arrive le plus croustillant : En plus de vous faire passer un savoureux moment où rythme et suspens en sont les ingrédients clés, ce « thriller-journalistico-visionnaire » va subtilement faire cogiter votre organe cérébral ! Plusieurs questions y sont abordées sur les sujets sensibles que sont le transhumanisme et la singularité. D’un côté l’Homme pour (ou contre) la Machine ; quelles sont les limites du corps humain et jusqu’où peut aller la robotique sans nuire à la nature humaine, de l’autre la Machine pour (ou contre) l’Homme et les inquiétudes (et les espoirs quand même) que peuvent susciter une intelligence artificielle supérieure. Ces questions sont abordées par deux points de vues différents, philosophique et scientifique, et l’ensemble mixé intelligemment par le style documentaire du roman, et un vocabulaire à la portée de tous (même pour les plus allergiques) !

Raphaël Gragnier de Cassagnac signe son second roman fraîchement installé dans les étagères de vos libraires et bouquinistes ! Sautez sur l’occasion et cerise sur le gâteau pour faire durer le plaisir, retrouvez la suite dans son premier thriller « Eternity Incorporated » qui se passe six cent ans après.

MARIE-CHARLOTTE GUILLOU

Laisser un commentaire