Le chien de Baskerville / Playmobil par Conan Doyle / Richard Unglick Casterman

Richard Unglik est un fou génial, il a reconstitué à l’aide de figurines Playmobil des scènes diverses qu’il a photographié et qu’il a compilé dans des ouvrages documentaires teintés d’humour souvent très second degré. Un ayant pour thème, l’Histoire, l’autre la géographie et enfin le dernier les animaux. Le principe en est simple, Richard reconstitue avec minutie des scènes à l’aide des figurines bien connues et les photographie. Ici, et pour la première fois, notre génie s’attaque à l’un des monuments de la littérature policière : Le chien des Baskerville qui oppose l’éternel Sherlock Holmes et son dévoué Docteur Watson à une terrible machination mettant en scène une diabolique créature aboyant qui terrorise la lande perdue du Devonshire. L’histoire est connue de la plupart des fans de littérature policière mais son traitement ici a un effet de décalage tel qu’en premier lieu il est permis à tous les lecteurs dès les plus jeunes âges. L’intrigue reste relativement simple et la présence du « chien » apporte une angoisse qui n’est pas sans rappeler celle du conte ancien. L’ouvrage amusera le lecteur plus âgé par sa multitude de références que ce soit au genre ou à une vision de l’Angleterre et de ses habitants très distancié. Le livre de grand format est de plus magnifique avec de nombreuses pages dépliant-posters qui mettent en scène une multitude de détails, chaque photographie doit être scrutée avec soin pour en tirer tout son sel. N’hésitez pas à passer un peu de temps avec la page des portraits des ancêtres de Baskerville ou la photo de la représentation de Baker Street. Un ouvrage pour tous les âges donc où tout le monde trouvera son content. Inratable pour un fan de Doyle, cela va sans dire…

JEAN-HUGUES VILLACAMPA

Laisser un commentaire