Le confident, d’Hélène Grémillon, Editions Plon

Connaissez-vous ce petit pincement au cœur, juste au moment d’aller se coucher, celui qui vous indique qu’un bon livre vous attend et avec qui, à coup sûr, vous allez passer un bon moment ? C’est ce que j’ai ressenti en découvrant « Le Confident » sur ma table de chevet. Durant trois soirs, et au fil de phrases habilement tissées, j’ai disséqué avec délectation le tramage serré d’un secret de famille. Bien que ce ne soit ni un thriller ni un policier, le rythme de ce roman nous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne, jusqu’au dernier mot. Sous forme de trois confessions, Hélène Grémillon nous ballotte d’un village de Champagne à un Paris occupé par l’armée allemande, bousculant nos sentiments, nous immergeant dans les travers les plus sombres de l’âme humaine, ceux qui restent cachés loin de la lumière. L’infidélité, la haine, la trahison, la vengeance, un mélange savamment travaillé, avec, pour ingrédient principal, l’amour. Dans un maelstrom de sentiments forts se trouvent également mêlés, le mensonge, l’abandon et les douloureux dilemmes d’une ‘ mère porteuse’. « Elle me proposa de faire un enfant à ma place. Sur le coup, je le jure, sa proposition m’avait semblé complètement saugrenue, inconséquente, naïve….». Mais porter un bébé pour une autre femme, quand on n’est à peine sortie de l’enfance, n’est pas sans conséquences psychologiques graves. « C’était mon enfant. Mais je ne pouvais pas lui dire qu’on s’était trompées, qu’on ne sépare pas un enfant de sa mère, que ce n’est pas dans les lois de la Nature. » La vie de trois familles déchirées par la deuxième guerre mondiale et étroitement liée par des amours destructeurs nous est relatée avec dextérité. Trois points de vue différents qui balayent nos certitudes sitôt une phrase achevée. Une histoire alambiquée mais limpide, machiavélique mais fascinante. Je vous en chuchote une infime partie ….. « Recevoir des lettres de condoléances lors du décès de sa mère, c’est dans l’ordre des choses. Ce qui l’est moins c’est de trouver parmi tous ces témoignages d’affection une enveloppe épaisse de plusieurs feuillets manuscrits et non signés. Ceux d’un corbeau ? Camille pense à la stratégie habile d’un écrivain, envoyant un petit échantillon de son dernier roman afin d’aiguillonner sa curiosité d’éditrice. Mais le mardi suivant une nouvelle enveloppe se trouve dans sa boîte aux lettres. Même vélin, même écriture, avec cette façon élégante d’intégrer un R majuscule parmi les minuscules. Cela ressemble à un journal intime, celui de Louis, relatant, sans fioritures, la vie d’Annie, une jeune femme dont il a toujours été amoureux. Annie aime peindre et se lie d’amitié avec Madame M., une femme du monde qui vit à « L’Escalier », une demeure bourgeoise en bordure de village. Considérant que ces courriers ne lui sont pas adressés, Camille téléphone à tous les Werner de Paris afin de trouver un homonyme. Sans résultats. Au troisième envoi, le doute n’est plus possible, ces confidences lui sont bien destinées… » La plume est légère, le style envolé, le propos grave et bien traité. Tout se dévoile progressivement dans un suspense alléchant, une intrigue gourmande pour amateur éclairé. Une fois que vous aurez ce roman entre les mains, vous serez obligé de vous faire violence pour l’abandonner au milieu de la nuit, attendant avec impatience le soir prochain. Par la suite, certains passages vous reviendront en mémoire et les personnages de cet incroyable récit ressurgiront des limbes de votre cerveau pour vous crier : « Et si cette histoire était vraie ! » A dévorer sans modération, l’abus de bonnes lectures est bon pour la santé. Biographie : Née le 8 février 1977, dans le Poitou, Hélène Grémillon fait des études de lettres et travaille dans la publicité avant de réaliser plusieurs courts- métrages. « Le Confident » est son premier roman. Coup d’essai, coup de maître. Bien accueillit par le public, il fut couronné par plusieurs prix littéraires. Mais Hélène Grémillon n’est pas seulement une bonne écrivaine, elle est également la mère d’un petit garçon, ainsi que, j’allais dire accessoirement, la compagne de Julien Clerc. « Le Confident » Editions Plon , mais aussi en poche, chez Gallimard, collection Folio

SYLVIE JEANNE BRETAUD

Laisser un commentaire