Chronique SF jeunesse « Ceux qui osent » Pierre Bordage

Pierre Bordage est aujourd’hui l’un des grands noms de la science-fiction française et un nom incontournable de la science-fiction internationale. Son parcours fait preuve de la diversité de l’œuvre de l’homme. Son historique est imprégné de spiritualité d’origine diverse qui a accompagné son parcours. Lié à une culture classique, l’homme a son œuvre inscrit dans la grande tradition de la littérature épique. Le traitement en est cependant très original. Ses ouvrages sont des odes à des personnages qui défient l’injustice de l’établissement et qui de par leur seuls courages et volonté vont se battre pour changer les choses. La trilogie de « Ceux qui… » se base sur une uchronie : les pouvoirs monarchiques sont restés en place et tiennent leur population sous une main de fer. Les personnes éprises de liberté fondent au cœur de l’Amérique du Nord un pays libertaire où tous, sont accueillis à bras ouverts. : l’Arcanecout. Devinez. L’expérience ne plait pas beaucoup aux royaumes qui vont tenter par une coalition avisée d’écraser ce foyer d’infection révolutionnaire. La technologie, le nombre les moyens dont disposent les monarchies sont sans commune mesure avec les forces que les peuples de l’Arcanecout sont capables de déployer. « Heureusement », c’est l’hiver et les forces monarchiques sont bloquées par les intempéries ne pouvant que tenter de petits coups de mains et quelques manœuvres « vicieuses ». Un pays libre est un pays où l’on peut s’aimer librement « Ceux qui osent » dernier opus du cycle nous permet de retrouver les deux personnages récurrents de cette épopée. Clara, française de haut lignage qui a décidé d’échapper à son destin et qui vit dans les hauteurs de San Francisco. La ville est bombardée sans relâche par les forces de la coalition et se trouve dans un état de destruction qui déstabilise complètement le fonctionnement des services de survie : électricité, eau courante, etc… Clara fera preuve d’une détermination courageuse et ceci malgré l’incompréhension qui la fera buter sur un pouvoir qui se corrompt – sous l’influence de l’ennemi ? Jean, le compagnon de Clara qui a laissé son amour pour rejoindre le front. Et quel front. ? Désorganisé, épuisé, désespéré, il tient encore face aux manœuvres ennemies. Jean est fait prisonnier avec son ami indien (un rouge) Elan-Gris. Comme toujours avec Bordage, l’humain se dépasse dans l’adversité. Les héros (héraults ?) sont un fanal d’espoir dans un univers sombre où tout semble joué. La soif de liberté est communicative et une aide inespérée pourra changer la face du conflit. Actions, traitrises, grands sentiments parsèment agréablement cette œuvre qui plaira à tous par l’énergie communicative de Pierre Bordage. Une phrase ? « Un pays libre est un pays où l’on peut s’aimer librement »

JEAN-HUGUES VILLACAMPA

Laisser un commentaire